Choisy Boxe

Abdel Debah, le champion souriant !

Photo Abdel avec Tiozzo okComme toujours Abdel Debah a répondu à l’appel  !  Cet excellent poids moyen du BC Choisy-le-Roi dans les années 70/80,  m’a transmis quelques photographies et documents que je vais progressivement diffuser sur le site. Le temps, pour chacun d’entre eux, de collecter un maximum d’informations sur le contexte de l’époque et d’améliorer la qualité graphique des images avec mon petit logiciel de retouche. Cette première photo est difficile à dater avec précision. Personnellement, je n’étais pas encore inscrit à la salle, ou alors je venais d’arriver. A mon avis, on se trouve au tout début des années 80 ou à la fin des années 70 à Pouchet. La finale des Ceintures d’Ile-de-France, de la Coupe de l’Equipe, des Espoirs ou des Championnats de Paris ? Toutes les informations sont les bienvenues. Au premier plan, à gauche, dans son peignoir Adidas jaune et noir (les couleurs du club), serviette blanche autour du cou, on reconnaît notre extraordinaire styliste Lakhal Djellal. Sur les affiches, sous son nom, figurait toujours la mention “L’invaincu” qui terrifiait ses adversaires. Lakhal, poids léger redoutable, boxait en ligne, à distance, avec une gauche-droite dévastatrice.  Mais il n’hésitait pas aussi, quand ça chauffait, à “monter au front”. Il savait se battre à mi-distance, avec ses séries corps-face distribuées à grande vitesse. On aimerait bien avoir de ses nouvelles ! Au fond, à droite, le moustachu souriant,  c’est justement Abdel Debah, champion d’Algérie des moyens, sparring-partner de Loucif Hamani. Il a enchaîné les tournois internationaux les plus prestigieux (et aussi les plus difficiles) en Equipe Nationale. J’aimais bien sa boxe, faite d’intelligence et de précision. Abdel me faisait penser à un escrimeur. Il observait, attendait, contrait. Il avait un sang-froid incroyable. Ne paniquait jamais, faisait mal et était solide comme un roc. Toujours en mouvement, il analysait vite les points faibles de son adversaire. Il était surtout d’une humeur toujours égale et d’une grande rigueur dans sa préparation. Même sur cette photo, le jour de la finale, il dégage une étonnante décontraction ! Pour l’anecdote, Abdel a eu quelques petits rôles au cinéma, aux côtés de grands acteurs français. A sa gauche, on reconnaît un certain Christophe Tiozzo au visage poupin, plutôt discret. Il sera pourtant champion de France, d’Europe et du Monde en pro. Souvent critiqué par certains, il était d’une gentillesse et d’une simplicité remarquables dans ses relations avec les autres boxeurs. Je le revois encore à l’Avia club (Issy-les-Moulineaux) s’entraîner avec humilité aux côtés de Stéphane Haccoun et d’autres champions formés chez le regretté Monsieur Bazin. Amélie, merci de demander à Christophe si cette photo réveille en lui certains souvenirs.  Je sais qu’il appréciait beaucoup la boxe “à la Teissonnières”. Je reconnais aussi trois autres visages sur cette photo, mais impossible de mettre un nom dessus… SOS El Habib et Moss, les historiens du ring !!  Dernière question : qui était ce speaker ? Je ne me souviens pas de lui… L’enquête est ouverte. J’attends vos réponses les amis.

Nasser NEGROUCHE

17 comments

  • Bonsoir a tous .
    je n’avais pas vu le message de notre ami DILMI ,tu n’as pas précisé la categorie ou tu boxais ,cela peut me donner une idée ,les camarades de cette époque pourraient avoir une idée ,merci et a tres bientot

  • Je m’appelle DILMI je boxais chez Traxel au ring de Montreuil dans les poids legers en 1978 j’etais le seul boxeur dans cette categorie…au club. Merci

  • J’ai boxe en 1978 contre un boxeur de Choisy a la salle Japy et j’ai fais match nul et j’ai oublie son nom,j’aimerai bien qu’on me rappelle son nom merci …

    • Merci pour ton message et bienvenu sur Choisy Boxe.
      Il me faudrait quelques précisions pour que j’essaye de retrouver ton ancien adversaire. Quel est ton nom et dans quel club boxais-tu ?
      Dans quelle catégorie ?
      C’était en amateurs ou en pro ?
      A bientôt.
      Nasser

    • Salut les amis !

      C’est pas grave Abdel, si tu nous a confondu cela veut dire que sur les connaissances pugilistiques, je rattrape notre ami Habib, alias l’encyclopédie de la boxe 🙂

  • bonsoir;
    a la base comme partout,il devait y avoir du piston(il me semble)pour la sélection,pour ma part je n’ai fais que deux combats en algérie ;je pense qu’une grande partie ont fais leurs armes a l’armée,quand tu fais une ou deux compétions par mois aux quatre coins de la planéte,et que tu as un entrainement adapté avec de bon profs, le résultat peut suivre,et puis il y avait une tres bonne ambiance,pour ma part j’en avais raz le bol de la boxe,pour le plaisir oui,mais au dela non,cela avait ,a mes yeux ,aucune importance a l’époque de participer aux jeux,pourquoi,et je ne le sais toujours pas,il y a un proverbe qui dit”si jeunesse savait,et si veillesse pouvait”je suis rentré en France en janvier 1984,pendant le début de la prépa,j’avais mon livret,je ne voulais qu’une chose “etre libre”
    bonne nuit a tous et a toi aussi HABIB,et merci NASSER

    • Salut les amis !

      En fait, lorsque t’es sportif de haut-niveau, la pression est importante. Je discutais dernièrement de ce sujet avec un basketteur qui jouait il y a une vingtaine d’années lui ainsi que son frère, en espoir (l’antichambre du basket pro).

      Il n’a pas eu l’opportunité de jouer en pro, contrairement à son frère qui a été pris en pro B (l’équivalent de la ligue 2 en foot) En pro B, t’as deux entrainement par jour et t’es chaque weekend en déplacement aux quatre coins de la France. Son frère n’a pas résisté, du jour au lendemain il a arrêté.

      Même chose pour un jeune qui a 15ans, il fait presque la même taille que Youssef (1m96-1m97) Il jouait en départemental (le niveau le plus bas en basket) Lorsqu’il a fait des tests pour jouer avec les nationaux il pensait ne pas être pris, “malheureusement” pour lui les coachs l’ont retenue, pour sa taille et parce que physiquement il a des qualités (techniquement il fallait qu’il rattrape son retard) il a fait un entrainement avec les nationaux et après il n’a plus jamais voulu entendre parler de basket.

      Un coach, Congolais d’origine, qui a évolué en NCAA, (championnat universitaire US) a essayé de le convaincre de continuer en lui disant que sa taille et ses qualités physique était un don que beaucoup de joueurs de sa génération aimerait avoir, mais rien à faire…

      En conclusion, même si tu as des qualités, en sport si tu n’as pas la “foi” la détermination et une volonté de réussite forte, tu as peu de chance d’atteindre l’élite de ton sport. Et comme je le dit souvent la boxe c’est particulier, c’est le sport le plus dur au monde, en basket, foot, tennis, athlé etc… tu peux te permettre de passer à côté de ton match, de ta course, cela n’a pas une incidence déterminante, en boxe si tu n’es pas à chaque combat à 100% tu mets ton intégrité physique
      en danger…

      A bientôt les amis !

  • Bonsoir les amis !

    Concernant le speaker, je l’ai déjà vu présenter des galas, notamment à Argenteuil, mais je me souviens pas de son nom…

    Abdel, en 1985 lorsque j’ai assisté aux entrainements de l’équipe nationale, un boxeur se distinguait des autres; Moussa m’a donné l’impression d’être largement au dessus du reste de l’équipe qui était pourtant composé de bons boxeurs (Bouchiche, Zaoui, Aboud, Kouchen, etc…) Était-ce une surestimation de ma part ? Certains boxeurs de St-ouen l’ayant vu croiser les gants avec Tano Weiss à l’ile des vannes m’avait dit de lui qu’il n’avait rien d’exceptionnel…

    Toi qui l’a bien connu peux-tu nous dire dans quel catégorie tu le classais ? Bon, très bon, correct ?

    @ Habib, l’encyclopédie de la boxe 🙂 peux-tu nous confirmer la présence de Bourallah sur la photo ?

    • et bien en competition,c’était la foudre,il avait une tres belle boxe,avec de tres bon enchainements,il n’était pas statique,en mi lourd il était au dessus du lot,si il avait fait les championat de France ,il aurait gagné,il avait mis les gants avec TIOZZO a l’inssep,et pourtant TIOZZO était champion de France,et bien sans forcer ,MOUSSA avait le dessus,mais ils n’étaient pas de la meme catégorie,mais il n’était pas tres sérieux a l’entrenement,il avait déjà des qualités physique,il fumait beaucoups,il était tres puissant,je mettais tous les jours ou presque les gants avec lui,il n’a pas été champion du monde militaire et medaille de bronze au JO ,si il n’était pas bon,et puis je ne veux pas critiqué WEISS,mais lors de notre confrontation,si la salle n’avait pas été remplie de spectateurs et qu’il n’était pas passé la veille dans une émisson sur lui,je pense que les juges n’auraient pas donnés match nul,ayant mis les gants avec WEISS et MOUSSA je pense qu’il n’y a pas photo.
      bonne soirée a tous,j’éspere avoir répondu a ta question HABI,ah oui ,j’oublias ,je ne connais pas BOURALLAH , a bientot

      • Bonsoir les amis !

        Merci Abdel pour ton analyse qui confirme ce que je pensais de ce boxeur…

        Les boxeurs de l’équipe nationale m’avait même dit à l’époque que lors des JO de 84, Muhammad Ali avait vu un combat de Moussa et l’avait trouvé talentueux. Je ne sais pas si cette histoire est vraie ou si cela relève du mythe…

        Comment la fédération Algérienne a qualifié les boxeurs pour Los-Angeles ? Toi même, tu as participé à des tournois pour la qualif aux JO, ou bien étais tu déjà rentré en France ?

  • BENASSAS était bien a l’emeps(école militaire d’éducation physique et sportive),il me semble qu’il était de la classe 62B,mais il est resté que pour l’instruction,et par la suite je ne sais pas sur quelle caserne il a été muté,SALAH WOUAB er AKIM BENZIANE aussi,pour moi si je suis resté a l’emeps,je ne pense surtout que mr LAHIANI et moi avions une tres bonne relation,il avait eu le permis de conduire par piston,mais ne savait pas conduire,donc je me suis proposé a lui donner quelques notions de conduite de base,en toute discrétion,et puis de temps en temps il me prêtait sa voiture,en échange j’allais lui faire les coursses,au magasin résérvé au militaire,a l’époque dans les souks el féllah (magasin d’état)il n’y avait rien ou tres peu de chose,les gens faisaient la chaine meme pour un kilo de farine ou de pate,je me souviens d’une situation,ou durant la période du ramadan,il y avait de la circulation,je grillev une ligne blanche continue,et puis au bout de l’avenue,un policier me fait signe de m’arréter,wech mat chouf la ligne blanhe,et puis il voit une casquette d ‘officier sur le siége arriére,ak saime,je répond oui,et puis il me dit saha et me salut etv me fait une tres grande révérance,une histoire parmis temps d’autres
    encore une fois merci NASSER pour ce blog,et le bonjour a TOUS,a tres bientot

  • Bonsoir les amis !

    A gauche de Christophe avec la moustache et l’écharpe, je reconnais le boxeur d’Asnières-sport, Benassas, qui était parait-il un très bon technicien. Je n’allais pas à Pouchet à l’époque ou a été prise cette photo.

    Abdel Ali et Sakete, je les connais de réputation, Benassas nous avions le même coiffeur, chaque passage chez Ramdane le coiffeur était digne de la célèbre scène du film : un prince à New-york (http://www.youtube.com/watch?v=4HxBlYIN1GE)

    Tiozzo en Amateur, je l’ai vu boxer après les JO de Los-Angeles, chez lui à St-Denis quelques temps avant qu’il ne passe pro…

    Le premier accroupi en partant de la droite, avec la veste de survêtement adidas et la coupe à la Julius Erving (DrJ) 🙂 Il me semble que c’est Hassan Bourallah ou bien son frère Mohamed ?

    A bientôt !

Je fais un don !

Commentaires récents

error: Ce contenu est protégé !