Choisy Boxe

Loucif Hamani sur la route du titre mondial !

Tiré des archives du journal Le Monde et signé A.G, cet article a été initialement publié le mercredi 7 juin 1978. Il relate le combat qui avait opposé, la veille au Palais des Sports de Paris, le prodige algérien Loucif Hamani au rude champion américain David Love.

Entre les ” you-you ” de sa mère et les armes de son père, l’Algérien Loucif Hamani a gagné une belle victoire face au poids moyen noir américain David Love, lundi 5 juin au Palais des sports de Paris. Deux machines à boxer étaient en présence dans une ambiance survoltée : l’Algérien, vite, précis et agile ; l’Américain rude, fort, mais statique. Le style contre l’efficacité.

Science de l’esquive

Tant qu’il virevoltât, Hamani paraissait largement dominer son adversaire, mais dès qu’il se prenait à son jeu, il accusait des coups lourds et douloureux. Si bien qu’à la cinquième reprise, il a été mis sérieusement en difficulté. Il est parvenu à éviter le pire grâce à sa science de l’esquive. Après, les choses allèrent mieux pour Loucif Hamani, qui avait en face de lui un boxeur au visage ruisselant de sang sur une blessure au cuir chevelu.

Love toujours dangereux

Pourtant, Love, roué de coups, mais courageux, est toujours resté dangereux, cherchant le coup dur sur réaction. Au total, une victoire largement acquise aux points pour Hamani, qui s’ouvre le chemin du titre mondial, et un combat particulièrement agréable à suivre au cours duquel l’arbitre n’eut quasiment pas à intervenir.

Piedvache jette l’éponge

Il n’en a pas été de même lors de la rencontre de Jean-Baptiste Piedvache contre le britannique Colin Powers pour le titre de champion d’Europe des poids super-légers. Face à un adversaire particulièrement agressif et vicieux. Piedvache n’a pu rendre qu’un coup sur cinq. Groggy, les yeux pochés et saignant du nez, il a sagement demandé à son entraîneur de jeter l’éponge à la onzième reprise, mettant ainsi un terme à sa carrière pugilistique.

A. G.

1 comment

error: Ce contenu est protégé !